Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Niger : le transport des pèlerins vers La Mecque très perturbé

Les 12 000 pèlerins nigériens attendus dans la ville sainte cette année doivent faire face à d’importantes perturbations des vols charters appelés à rejoindre l’Arabie Saoudite. 

Et pour cause, les premiers départs devaient débuter le 16 août, mais ces derniers ont été annulés et les pèlerins logiquement bloqués à Niamey.

Les raison avancées par le commissaire chargé de l’organisation du hadj au Niger, Cheick Bello Garba, restent néanmoins plus qu’évasives : « Pourquoi est-ce que le programme n’a pas eu lieu ? Je pense que c’est pour des problèmes techniques. L’opérateur nous a renseignés de ces raisons et on les a acceptées. Et on assure aux pèlerins que tout le monde va repartir », promet-il.

Mais du côté de la direction de la compagnie aérienne Max Air qui devait affréter les voyageurs, les motifs de ce « contretemps » sont tout autres et relèveraient de la sphère de la concurrence déloyale afin que ce business profite à une compagnie saoudienne et non nigérienne :

« Ce n’est pas que nous n’avons pas honoré notre engagement. Flynas, qui est une compagnie privée saoudienne, en complicité avec le commissaire au hadj, n’a pas voulu qu’on nous délivre les vols à destination de Jeddah ou de Médine », fustige-t-il.

Outre ce marasme organisationnel, le facteur financier entre également en jeu dans ces déboires puisque l’annulation des vols entraîne en conséquence des frais supplémentaires pour les agences de pèlerinage, indique RFI.

Selon le média, l’acheminement des pèlerins nigériens vers l’Arabie Saoudite est désormais acté au 28 août prochain, si aucun rebondissement ne surgit d’ici là.

Pour rappel, tous les Musulmans participant au pèlerinage de La Mecque cette année devront porter un bracelet équipé d’un GPS contenant des informations personnelles et médicales.

Cette mesure a été décidée par Riyad afin que la catastrophe de 2015, où 2236 personnes (selon les chiffres officiels de 35 pays) trouvèrent la mort dans une bousculade sur le site de la lapidation symbolique de Satan, ne se reproduise pas.

Source : RFI

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abou Musab Al-Barnaoui, le chef du groupe djihadiste nigérian Iswap, affilié au groupe État islamique (EI), Abou Musab Al-Barnaoui, est mort ; selon l’annonce de l’armée nigériane. Abou Musab Al-Barnaoui le chef du groupe djihadiste nigérian Iswap, était à la tête de la Province ouest-africaine de l’EI, groupe djihadiste né en 2016...
En compétition, dix-sept longs-métrages pour l’Etalon d’or du Yennenga.  Au Burkina Faso se déroule actuellement le plus grand festival de cinéma d’Afrique prénommé « le Festival panafricain de cinéma et de télévision de Ouagadougou » (Fespaco). Le festival se déroule cette année dans un contexte singulier, alors que le pays subit...
Emmanuel Macron veut un véritable changement dans les rapports entre la France et les pays africains qu’elle a colonisés. Mais le paternalisme français perdure et en dépit de sa bonne volonté affichée, la « rupture du cordon ombilical », de plus en plus réclamée sur le continent africain, tarde à se...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...