Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina Faso : le commerce de la viande d’âne désormais lourdement règlementé

Alors que la demande asiatique de viande d’âne explose et menace la survie de l’espèce localement, les autorités  burkinabè ont décidé de durcir de façon drastique la réglementation d’abattage de ces animaux, relaie le site La Croix.

C’est du moins ce qu’a annoncé Adama Maïga, directeur de la santé publique vétérinaire et de la législation : « Le gouvernement a adopté le 3 août un décret réglementant l’abattage et interdisant l’exportation des ânes et de leurs produits », a-t-il indiqué, avant de préciser que « tout abattage se ferait désormais dans un abattoir reconnu officiellement. »

Ce dernier a également spécifié que le transport à l’intérieur du pays de la viande ou tout produit issu de l’abattage d’ânes, de chevaux et de chameaux, était de surcroît prohibé.

Et pour cause, la viande d’âne est très prisée en Asie, notamment en Chine dans les provinces du Hunan ou du Henan. Celle-ci possèderait notamment des vertus aphrodisiaques. Mais ce n’est pas tout, sa peau est aussi particulièrement recherchée par les praticiens de la médecine traditionnelle chinoise.

Fatalement, la cadence d’abattage des ânes burkinabè ne suffit plus à combler cette demande exponentielle, entraînant logiquement une surexploitation de l’espèce, explique A. Maïga, données à l’appui :

« Les exportations vers la Chine essentiellement sont passées de 1 000 peaux au premier trimestre 2015 à plus de 18 000 au quatrième trimestre », fustige-t-il avant d’évoquer le triste chiffre de 64 951 peaux d’ânes exportées lors des six premiers mois de l’année 2016.

Concrètement, le but du décret étatique est d’empêcher coûte que coûte l’éradication d’une espèce estimée à 1 370 000 têtes au Burkina Faso, et qui pourrait disparaître d’ici cinq ans en raison de la prolifération d’abattoirs clandestins sur le territoire.

En effet, sa reproduction est très longue en raison d’une gestation allant de « 350 à 405 jours, si l’animal met bas », sachant que les naissances sont espacées au minimum de deux ans…

Source : La Croix

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le gouvernement ivoirien a relancé le projet d’adressage de la ville d’Abidjan. Mardi 24 janvier 2023, une convention cadre de partages de données a été a été signée au ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, pour le démarrage des activités nécessaires à la réalisation de ce projet....
Un homme accusé du meurtre de trois casques bleus guinéens, commis en 2019 dans le sud-ouest de Bamako, a été reconnu coupable et condamné à la peine de mort par le tribunal. Mercredi 25 janvier 2023, la Minusma (Mission de l'Organisation des Nations unies au Mali) a annoncé la condamnation...
Vingt-sept personnes ont été tuées par une "bombe" dans le centre du Nigeria, selon la police. Une information contredite par une association d'éleveurs de bétail qui parle, elle, d'une frappe aérienne de l'armée. Une "enquête approfondie" a été réclamée. Que s'est-il réellement passé mercredi 25 janvier 2023 dans le village...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

Notice: Undefined index: stream in /var/www/virtual/tribuneouest.com/htdocs/wp-content/plugins/like-box/includes/widget.php on line 32