Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina Faso : le commerce de la viande d’âne désormais lourdement règlementé

Alors que la demande asiatique de viande d’âne explose et menace la survie de l’espèce localement, les autorités  burkinabè ont décidé de durcir de façon drastique la réglementation d’abattage de ces animaux, relaie le site La Croix.

C’est du moins ce qu’a annoncé Adama Maïga, directeur de la santé publique vétérinaire et de la législation : « Le gouvernement a adopté le 3 août un décret réglementant l’abattage et interdisant l’exportation des ânes et de leurs produits », a-t-il indiqué, avant de préciser que « tout abattage se ferait désormais dans un abattoir reconnu officiellement. »

Ce dernier a également spécifié que le transport à l’intérieur du pays de la viande ou tout produit issu de l’abattage d’ânes, de chevaux et de chameaux, était de surcroît prohibé.

Et pour cause, la viande d’âne est très prisée en Asie, notamment en Chine dans les provinces du Hunan ou du Henan. Celle-ci possèderait notamment des vertus aphrodisiaques. Mais ce n’est pas tout, sa peau est aussi particulièrement recherchée par les praticiens de la médecine traditionnelle chinoise.

Fatalement, la cadence d’abattage des ânes burkinabè ne suffit plus à combler cette demande exponentielle, entraînant logiquement une surexploitation de l’espèce, explique A. Maïga, données à l’appui :

« Les exportations vers la Chine essentiellement sont passées de 1 000 peaux au premier trimestre 2015 à plus de 18 000 au quatrième trimestre », fustige-t-il avant d’évoquer le triste chiffre de 64 951 peaux d’ânes exportées lors des six premiers mois de l’année 2016.

Concrètement, le but du décret étatique est d’empêcher coûte que coûte l’éradication d’une espèce estimée à 1 370 000 têtes au Burkina Faso, et qui pourrait disparaître d’ici cinq ans en raison de la prolifération d’abattoirs clandestins sur le territoire.

En effet, sa reproduction est très longue en raison d’une gestation allant de « 350 à 405 jours, si l’animal met bas », sachant que les naissances sont espacées au minimum de deux ans…

Source : La Croix

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Côte d’Ivoire et le Ghana se sont entendus pour assurer un revenu minimum à leurs producteurs de cacao. Une politique volontariste de la part du premier producteur mondial qui s’exprime également à travers un nouveau plan de lutte contre le travail des enfants. Deux évènements qui prouvent que, s’il...
1600 tonnes, ce chiffre représente la surface hallucinante de déchets que comporte la capitale malienne. Mais aussi l'incapacité des pouvoirs publics à assurer la propreté et l'assainissement urbains. La situation est d'autant plus critique, que la période des pluies renforce les mauvaises odeurs et empêche l'eau de circuler normalement. Ce...
Le Ghana a signé avec la Banque mondiale un contrat d'achat de réductions d'émissions de gaz. Le contrat doit permettre au pays de bénéficier d'un financement pouvant aller jusqu'à 50 millions de dollars.  L'accord, signé entre le Ghana et le Fonds de partenariat sur le carbone forestier, une entité administrée...
TRIBUNES LIBRES
La Cour pénale internationale vient d’acquitter l’ancien président ivoirien, Laurent...

S’inscrire à la Newsletter