Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
La Gambie : aide de 1,45 milliard d’euros promise par les bailleurs de fonds internationaux

Afin d’appuyer la transition démocratique du pays et soutenir Adama Barrow dans sa relance de la Gambie, les bailleurs de fonds internationaux ont fait la promesse de verser 1,45 milliard d’euro au pays en pleine transition démocratique.

A Bruxelles le 22 mai, s’est tenue la conférence internationale sur la Gambie auprès de 42 bailleurs de fonds internationaux. L’Union Européenne (UE) a coprésidé cette Conférence internationale pour la Gambie à Bruxelles et a déclaré que 140 millions d’euros seraient alloués au pays pour l’accompagner dans sa relance économique et démocratique. Le président Gambien Adama Barrow a présenté aux participants présents à Bruxelles le programme national de développement 2018-2021 de la Gambie. L’objectif est de promouvoir la réconciliation nationale, la bonne gouvernance, la cohésion sociale ainsi que la revitalisation de l’économie. Dans le même temps le Fonds monétaire international (FMI) a dévoilé une étude préliminaire faisant état des vulnérabilités de la dette gambienne ; celle-ci restant élevée. L’étude du FMI recommande aux instances gambiennes de privilégier les subventions versus le recours aux prêts pour couvrir les dépenses de l’état.

« Après plus de 20 années de régime autocratique, la Gambie reste un pays fragile affichant des déficits considérables sur le plan du développement et des infrastructures. Elle se situait au 173e rang sur 187 pays dans l’indice de développement humain 2016 du PNUD, et la pauvreté, qui atteint 48,6 %, reste généralisée et relativement stagnante » a déclaré le FMI le 9 mai 2018.

Cependant la croissance est ferme à 3,5 % en 2017, (contre seulement 2,2 % en 2016), et ce en dépit de la faiblesse économique avérée. La campagne agricole et la relance du tourisme, du commerce et des transports ont joué à plein. Par ailleurs, l’inflation globale a chuté de 8,8 % en janvier 2017 à 6,5 % en mars 2018, du fait de la stabilisation de la monnaie et du rebond de l’offre alimentaire.

2018 s’annonce une année de relance efficace, la croissance du PIB devrait se situer entre 5% et 5,5% et l’inflation baisser à environ 5,2%, soit à un niveau proche de l’objectif de 5 % fixé par la Banque centrale de Gambie. Ainsi afin de soutenir ce dynamisme, l’Union européenne s’est donc engagée le 22 mai débloquer 140 millions d’euros d’ici 2020, une somme à laquelle s’ajoutent les 225 millions d’euros mobilisés depuis le début de la transition, en janvier 2017.

Source : La Tribune Afrique

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Du 16 au 23 juin, une délégation d’une vingtaine d’opérateurs économiques nigériens va tenter de décrocher de juteux contrats aux Pays-bas lors de la 4ème mission économique et commerciale dédiée à l'agroalimentaire et la chaîne de valeur. Cette "escapade entrepreneuriale" - chapeautée par la Chambre de commerce et d'industrie du Niger (CCIN)...
Afin de faire face aux nombreux défauts de paiement des exportateurs locaux, Abidjan a décidé de revoir drastiquement les conditions d’attribution des droits d’exportation de cacao pour la nouvelle campagne de commercialisation. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les heureux élus "devront désormais obtenir de solides engagements financiers de la part...
Le 6 juin le gouvernement sénégalais a entériné le projet de réforme du statut des écoles coraniques (daaras) en adoptant un nouveau projet de loi. L’objectif du nouveau projet de loi est très précis et ne cache pas ses ambitions. Il s’agit de donner accès aux enseignements élémentaires et créer...
TRIBUNES LIBRES
Ancien Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du...

S’inscrire à la Newsletter