Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : Minusma et Barkhane cibles d’une attaque inédite

Ce samedi 14 avril, les camps de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma) et celui de la force française Barkhane ont été attaqué. Un casque bleu a été tué. Au moins sept autres sont blessés alors que quinze assaillants ont été tués.

C’est à une attaque complexe et sans précédent » qu’ont du faire face la Minusma et la force française Barkhane, à 14h heure de Tombouctou. Les assaillants ont tiré des roquettes contre le camp de Minusma et de Barkhane puis ont ensuite lancé plusieurs véhicules piégés, des véhicules-suicide, à des points différents du camp. Les modalités d’intervention des assaillants étaient inconnues jusqu’à ce jour. En effet, les procédés utilisés sont inédits alors que  les assaillants ont utilisé au moins un véhicule estampillé UN. Certains assaillants portaient, selon les sources officielles, des casques bleus. Les attaques furent longues. Les échanges de tirs ont duré plus de quatre heures. « Les assaillants étaient organisés et déterminés. Ils ont tenu. Ils n’ont pas fui le combat », explique le porte-parole de l’opération française. Selon Andrew Lebovich, chercheur associé au sein du think-tank ECFR (Conseil européen des relations internationales), « ce qui parait assez unique » dans cet attentat, c’est que ses auteurs ont « rassemblé et ont utilisé plusieurs tactiques à la fois », mélangeant tirs de mortiers et emploi de camions piégés.

Bien qu’ayant innové, les assaillants ont été mis en échec. « Malgré tout, notre système de défense a fonctionné » a déclaré une source de la Minusma. En effet « le bilan aurait pu être plus lourd » est-il précisé du côté de Barkhane. Ce que confirme Amadou Koïta, porte-parole du gouvernement malien, qui « salue l’engagement des forces françaises et de la Minusma pour leur réaction rapide, qui a permis de neutraliser ces forces terroristes ».

Le porte-parole « condamne avec la dernière rigueur » l’attaque et renouvelle sa détermination. Le Mali « reste engagé dans la lutte contre le terrorisme ». Amadou Koïta infirme l’éventuelle aggravation de la situation sécuritaire du pays et confirme que Bamako « est en train de reconstruire l’armée malienne, qui monte en puissance ».

Source : RFI Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Du 16 au 23 juin, une délégation d’une vingtaine d’opérateurs économiques nigériens va tenter de décrocher de juteux contrats aux Pays-Bas lors de la 4ème mission économique et commerciale dédiée à l'agroalimentaire et la chaîne de valeur. Cette "escapade entrepreneuriale" - chapeautée par la Chambre de commerce et d'industrie du Niger (CCIN)...
Afin de faire face aux nombreux défauts de paiement des exportateurs locaux, Abidjan a décidé de revoir drastiquement les conditions d’attribution des droits d’exportation de cacao pour la nouvelle campagne de commercialisation. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les heureux élus "devront désormais obtenir de solides engagements financiers de la part...
Le 6 juin le gouvernement sénégalais a entériné le projet de réforme du statut des écoles coraniques (daaras) en adoptant un nouveau projet de loi. L’objectif du nouveau projet de loi est très précis et ne cache pas ses ambitions. Il s’agit de donner accès aux enseignements élémentaires et créer...
TRIBUNES LIBRES
Ancien Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du...

S’inscrire à la Newsletter