Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
La Côte d’Ivoire se mobilise pour protéger sa couverture forestière

La Côte d’Ivoire adhère à l’Initiative Cacao-Forêt afin de lutter pour la protection de sa couverture forestière

La Côte d’Ivoire a lancé le 18 janvier les activités du cadre d’action commune de l’Initiative Cacao-Forêt.

«Il apparaît clairement que l’Initiative Cacao-Forêt est une mise en œuvre concrète de l’Agriculture zéro déforestation, laquelle constitue elle-même l’option stratégique centrale de la stratégie nationale REDD adoptée par le gouvernement le 3 novembre 2017», a déclaré Anne Désirée Ouloto, ministre ivoirienne de l’Environnement.

Celle-ci a également indiqué que les actions de Initiative Caco-Forêt s’inscrit dans un contexte d’engagement au niveau national et international. Il s’agit de contribuer à la lutte mondiale contre le changement climatique. Initiative Cacao-Forêt a plus particulièrement pour objectif de protéger la couverture forestière à travers la mise en place de solutions durables.

«L’objectif de ces initiatives est de contribuer à développer des solutions durables en vue de relever le défi du changement climatique et celui de l’épuisement des ressources naturelles, en mettant l’accent sur la gestion durable de l’agriculture et de la pêche», a renchéri Alain Donwahi, ministre des Eaux et forêts et co-président de la cérémonie d’ouverture de l’initiative.

L’Initiative Cacao-Forêt interroge sur une cohabitation intelligente de l’agriculture et de la forêt. «Vous conviendrez avec moi que toute action visant à mettre le poumon de l’économie ivoirienne que représente la cacaoculture au centre de cet enjeu mondial, mérite la plus grande attention de notre pays», a averti Anne Désirée Ouloto. Ainsi, afin de pérenniser la cacaoculture, il est urgent de lutter pour la préservation de la forêt qui favorise la pluviométrie indispensable à cette culture.

Et l’on comprend l’enjeu : une menace qui pèse sur la forêt ivoirienne. Le couvert forestier est de plus en plus inquiété par la dégradation. Premier producteur de cacao à l’échelle mondiale, la Côte d’Ivoire est confrontée à une réduction à grande échelle de sa couverture forestière en raison d’une exploitation anarchique et incontrôlée. Selon les chiffres officiels, le rythme de cette dégradation est de près de 200 000 hectares par an. Avec plus de 16 millions d’hectares de forêts au milieu du siècle dernier, les superficies résiduelles de forêts représentaient, en 2015, moins de 3,4 millions hectares.

La préoccupation n’est pas récente. Dés 2015, le Conseil Café Cacao a développé une feuille de route appelée «Cacao, ami de la forêt», intégrée à la note d’orientation politique sur l’agriculture zéro déforestation lors la COP 21 à Paris.

Source : La Tribune Afrique

AUTEUR: Paul Lauga
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afin de faire face aux nombreux défauts de paiement des exportateurs locaux, Abidjan a décidé de revoir drastiquement les conditions d’attribution des droits d’exportation de cacao pour la nouvelle campagne de commercialisation. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les heureux élus "devront désormais obtenir de solides engagements financiers de la part...
Le 6 juin le gouvernement sénégalais a entériné le projet de réforme du statut des écoles coraniques (daaras) en adoptant un nouveau projet de loi. L’objectif du nouveau projet de loi est très précis et ne cache pas ses ambitions. Il s’agit de donner accès aux enseignements élémentaires et créer...
Avec plus de 11 milliards de francs CFA issus de la campagne 2017-2018, la filière coton s’annonce comme un fort contributeur au budget de l’Etat. La dernière campagne de la filière cotonnière a été fructueuse. La production présentant un record de 597.986 tonnes de coton-graine. Ainsi le coton est une...
TRIBUNES LIBRES
Ancien Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du...

S’inscrire à la Newsletter