Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
IBK mobilise ses partenaires pour le lancement de la Force conjointe du G5 Sahel

Le président malien Ibrahim Boubacar Keita (IBK) est en tournée régionale afin d’accélérer le processus de constitution de la Force conjointe sahélienne.

Après avoir inauguré le QG de la force conjointe, le président IBK montre toujours autant de détermination et n’attend pas le soutien financier de la communauté internationale pour engager les troupes dans les zones de conflits. Et ce alors que le Mali est toujours sous l’emprise de groupes terroristes qui menacent la stabilité de toute la sous-région. Le président malien a démarré sa tournée de mobilisation ce mardi 12 septembre à N’Djamena. Suivront les visites au Niger puis le Burkina chez Roch Marc Christian Kaboré. Pour l’heure, au Tchad IBK doit rencontrer Idriss Deby. Avant son départ, IBK président en exercice du G5 Sahel s’est entretenu, mardi matin à Bamako, avec son homologue mauritanien Mohamed Abdelaziz. Les rencontres sont menées bon train. La raison de cette mobilisation est l’entrée en service de la Force conjointe du G5 Sahel, alors que l’état-major de la force conjointe a été installé dans la zone militaire de Sévaré au centre du Mali, une zone particulièrement touchée par le terrorisme.

Ce qui est en jeu actuellement dans la région est la capacité de cette force à être très rapidement opérationnelle. « La Force conjointe est d’une importance majeure non seulement pour les pays du Sahel mais aussi pour nos partenaires d’Europe » a fait remarqué IBK. Selon le chef de l’Etat malien, « il est urgent de rendre la force du G5 crédible en urgence ». La recherche de crédibilité est un préalable crucial qui doit agir comme levier auprès des pays les plus réticents à soutenir l’initiative des 5 pays membres du G5 Sahel.

La tournée du président malien se déroule alors que s’ouvre dans moins d’une semaine, l’Assemblée générale annuelle des Nations Unies. A date, IBK se montre satisfait des progrès enregistrés quand à la constitution de la Force conjointe. Hommes et matériels sont prêts. Les équipements et matériels militaires sont arrivés ;

Les premiers bataillons sont donc annoncés dans les prochaines semaines et c’est visiblement la bonne nouvelle que va porter IBK à ses homologues, afin de mobiliser les partenaires internationaux. Le Mali avait dés cet été montré l’exemple en mettant à la disposition de la force sahélienne une dizaine de véhicules militaires armés. Il s’agit pour IBK de montrer la capacité de mobilisation des pays du G5 Sahel. Selon la présidence malienne, au cours de sa tournée IBK discutera « des moyens susceptibles de renforcer la concertation et la coordination destinées à accélérer l’opérationnalisation de la force conjointe ».

Cela devrait accélérer la mobilisation de l’ONU alors que la résolution 2359 adoptée en fin juin dernier par le Conseil de sécurité soutenant la force sahélienne, marque le pas et que les moyens financiers font toujours défaut. A ce jour, seul l’Union européenne a promis une enveloppe de 50 millions d’euros alors que le budget prévisionnel annuel est estimé à une enveloppe de plus de 420 millions. La France a également promis une assistance financière de 8 millions d’euros en plus de matériels militaires  et lors du dernier sommet de Bamako. Alors que pour leur part chacun des 5 pays membres s’est engagé pour débloquer 10 millions d’euros.

Les dirigeants du G5 ont convenu avec la France, « qu’il n’était pas nécessaire d’attendre tout le financement pour commencer les opérations ».
Rappelons que le G5 Sahel et les chefs d’Etat des cinq pays membres ont décidé de mettre en place une force conjointe du G5 Sahel avec pour mission de combattre le terrorisme et les différents trafics illicites dans la sous-région avec un effectif initial de 5000 soldats qui pourrait à terme se hisser à 10.000 hommes.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Comité national des actions de lutte contre le travail des enfants a annoncé vendredi 16 février que la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis ont passé un accord de partenariat pour enquêter sur ''les pires formes de travail des enfants'' dans les champs de cacao. Signé entre le Comité national...
Au Togo, depuis jeudi les délégations de chacune des parties impliquées dans la crise politique qui secoue le pays depuis le 19 août 2017, se sont présentées afin de préparer le dialogue politique prévu pour le 19 février. Avant la tenue du dialogue à proprement parlé, un comité préparatoire s'est...
Alors que le leader de l’opposition Moise Katumbi demeure en exil en Belgique, le président Joseph Kabila tente par tous les moyens de se maintenir à la tête de la RDC. Le leader de l’opposition Moise Katumbi  fait face à de nombreuses rumeurs. Favori des sondages, certains souhaitent qu’il se...
TRIBUNES LIBRES
Mathias Hounkpe, actuellement administrateur du Programme de Gouvernance Politique et de...

S’inscrire à la Newsletter