Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
« L’Europe doit s’engager d’urgence avec l’Union Africaine »
Yves Yego Afrique Europe Economie

Yves Jégo, député Les Constructifs de Seine-et-Marne et membre de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale française, souhaite que l’Europe et l’Afrique converge vers une relation économique plus efficiente, et le fait savoir dans une tribune publiée par le média L’Opinion.

« 14 kilomètres ! L’Europe doit s’engager d’urgence avec l’Union africaine pour élaborer un véritable plan de co-croissance. Ce qui s’est fait en quelques mois à la sortie de la deuxième guerre mondiale avec le Plan Marshall pour reconstruire un continent traumatisé nous prouve, s’il en était besoin, la faisabilité d’une telle ambition.

Inspirons-nous du slogan de l’époque « What ever the weather we must move together ». Quel que soit le temps nous devons avancer ensemble ! Ce qui était vrai il y a 70 ans entre l’Amérique et l’Europe ne l’est-il pas tout autant désormais entre l’Europe et l’Afrique ? »

Le Parlementaire n’en démord pas. Des résultats à court et long termes sont possibles mais au prix de quelques concessions auxquelles devront s’affranchir les deux continents : 

« Il s’agit de sortir par des politiques post-coloniales, d’aides au développement généreuses dans le principe mais disparates dans leur réalité et de ce fait relativement peu efficaces au regard de l’urgence démographique. »

Yves Jégo propose ainsi les contours de sa vision euro-africaine :

« C’est un vaste programme énergétique, économique, social, éthique et écologique qu’il faut imaginer entre l’Europe et l’Afrique, en mobilisant les États bien sûr, mais aussi les entreprises, les investisseurs et la jeunesse des deux continents qui a tant à partager. À ce titre nous pourrions d’urgence, par exemple, jumeler toutes les universités européennes avec les universités africaines pour favoriser notamment, grâce aux Moocs, les échanges et une acculturation réussie.

Pourquoi ne pas imaginer aussi des crédits d’impôts aux entreprises européennes qui noueraient des partenariats économiques stratégiques avec des entreprises africaines et investiraient dans les domaines vitaux comme ceux de l’énergie ou de la protection des ressources ? Ce ne sont évidemment que quelques pistes d’un projet qui se doit être moteur pour toute une génération. »

Retrouvez la tribune de l’intéressé sur l’Opinion.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les autorités cap-verdiennes ont confirmé très récemment qu'un centre de formation militaire financé en grande partie par les Etats-Unis ouvrira ses portes en 2018 sur la presqu'île. La structure permettra aux forces de défense et de sécurité locales de progresser à vitesse grand V. Concrètement, "l'Orbit Training Center", comme il...
Nana Akufo-Addo souhaite qu'Accra s'émancipe au plus vite de l'aide financière octroyée depuis 2015 par le Fonds monétaire international (FMI). Le chef d'Etat est en effet "déterminé à mettre en place des mesures irréversibles pour maintenir la stabilité macro-économique du Ghana". Le Ghana doit réapprendre à ne compter que sur lui-même....
Le secteur de la noix de cajou, très en verve en Côte d'Ivoire qui en est le premier producteur mondial, va évoluer sur plusieurs fronts en 2018. Sa production va ainsi augmenter de 5% cette année, tandis que sur le plan fiscal une taxe de 10% (sur la valeur en...
TRIBUNES LIBRES
Mathias Hounkpe, actuellement administrateur du Programme de Gouvernance Politique et de...

S’inscrire à la Newsletter