Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : le référendum sur la Constitution est reporté

Prévu le 9 juillet, la date du référendum sur la révision de la Constitution se voit reporté, sans qu’aucune date n’ait été précisée.

Le gouvernement malien a ainsi décidé de reporter  à une date ultérieure le référendum prévu Le communiqué gouvernemental n’indique cependant pas les raisons qui expliquent cette décision.

Le contexte actuel n’est apparemment pas favorable à la tenue sereine d’un referendum qui fait débat et qui génère des contestations au point de voir les rues de Bamako envahies par des manifestants. Des manifestations ont été organisées contre cette révision constitutionnelle et la tenue du référendum. L’’opposition et une partie de la société civile ont appelé à la mobilisation, réunissant lors des manifestations des milliers de personnes. « Nous appelons à surseoir au référendum prévu le 9 juillet, par souci d’apaisement. C’est important pour la paix sociale », avait récemment déclaré l’ancien premier ministre malien Moussa Mara à l’AFP.

On se souvient que les détracteurs du projet de révision de la constitution estiment qu’il donne « trop de pouvoirs » au président de la République. Autre argument avancé pour justifier le report du vote : l’impossibilité d’organiser le référendum dans le nord du Mali en raison des attaques djihadistes.

Pour memo, les précédentes élections ont également fait l’objet de report, notamment les élections municipales, qui après plusieurs reports s’étaient tenues en novembre 2016. Depuis lundi, le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, reçoit des personnalités  dont des responsables d’institutions, des chefs religieux et de partis politiques, pour discuter des conditions de tenues du referendum. Des souhaits sont ainsi formulés, et même si les arguments sont de natures différentes les autorités essayent d’identifier une voie qui convient à tous. Et ce même si la question de l’insécurité liée aus attaques terroristes est plus aisée à envisager que la question de la question de la nature de la réforme.

L’opposition reste  à l’écoute lors des échanges alors que la ligne de négociation ne fléchit pas.

Source : Le Monde Afrique 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Comité national des actions de lutte contre le travail des enfants a annoncé vendredi 16 février que la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis ont passé un accord de partenariat pour enquêter sur ''les pires formes de travail des enfants'' dans les champs de cacao. Signé entre le Comité national...
Au Togo, depuis jeudi les délégations de chacune des parties impliquées dans la crise politique qui secoue le pays depuis le 19 août 2017, se sont présentées afin de préparer le dialogue politique prévu pour le 19 février. Avant la tenue du dialogue à proprement parlé, un comité préparatoire s'est...
Alors que le leader de l’opposition Moise Katumbi demeure en exil en Belgique, le président Joseph Kabila tente par tous les moyens de se maintenir à la tête de la RDC. Le leader de l’opposition Moise Katumbi  fait face à de nombreuses rumeurs. Favori des sondages, certains souhaitent qu’il se...
TRIBUNES LIBRES
Mathias Hounkpe, actuellement administrateur du Programme de Gouvernance Politique et de...

S’inscrire à la Newsletter