Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : le référendum sur la Constitution est reporté

Prévu le 9 juillet, la date du référendum sur la révision de la Constitution se voit reporté, sans qu’aucune date n’ait été précisée.

Le gouvernement malien a ainsi décidé de reporter  à une date ultérieure le référendum prévu Le communiqué gouvernemental n’indique cependant pas les raisons qui expliquent cette décision.

Le contexte actuel n’est apparemment pas favorable à la tenue sereine d’un referendum qui fait débat et qui génère des contestations au point de voir les rues de Bamako envahies par des manifestants. Des manifestations ont été organisées contre cette révision constitutionnelle et la tenue du référendum. L’’opposition et une partie de la société civile ont appelé à la mobilisation, réunissant lors des manifestations des milliers de personnes. « Nous appelons à surseoir au référendum prévu le 9 juillet, par souci d’apaisement. C’est important pour la paix sociale », avait récemment déclaré l’ancien premier ministre malien Moussa Mara à l’AFP.

On se souvient que les détracteurs du projet de révision de la constitution estiment qu’il donne « trop de pouvoirs » au président de la République. Autre argument avancé pour justifier le report du vote : l’impossibilité d’organiser le référendum dans le nord du Mali en raison des attaques djihadistes.

Pour memo, les précédentes élections ont également fait l’objet de report, notamment les élections municipales, qui après plusieurs reports s’étaient tenues en novembre 2016. Depuis lundi, le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, reçoit des personnalités  dont des responsables d’institutions, des chefs religieux et de partis politiques, pour discuter des conditions de tenues du referendum. Des souhaits sont ainsi formulés, et même si les arguments sont de natures différentes les autorités essayent d’identifier une voie qui convient à tous. Et ce même si la question de l’insécurité liée aus attaques terroristes est plus aisée à envisager que la question de la question de la nature de la réforme.

L’opposition reste  à l’écoute lors des échanges alors que la ligne de négociation ne fléchit pas.

Source : Le Monde Afrique 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si le Maroc demeure l'interlocuteur principal du gouvernement ivoirien sur le dossier de la réhabilitation de la célèbre baie d’Abidjan, le Koweit a néanmoins trouvé un accord avec le président Ouattara pour réaliser plusieurs prestations sur le chantier.  Un partenariat a en effet signé entre les deux parties hier à...
Afin de soutenir la stratégie énergétique du gouvernement de Guinée Conakry, la Banque européenne d'investissement (BEI) apportera 100 millions d'euros sous forme de fonds mobilisés, soit un total de 160 millions de dollars de financements.  La Guinée est dotée d’immenses ressources hydroélectriques, au point qu’on la surnomme «le château d'eau...
La scène politique béninoise a vu ce week-end à Cotonou, la naissance d’un front qui s’est nommé «Coalition pour la défense de la démocratie au Bénin» et qui réunit les opposants au président Talon.  L’ancien allié du président Talon et désormais son principal opposant, Sébastien Ajavon est parvenu ce week-end à...
TRIBUNES LIBRES
Ancien Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du...

S’inscrire à la Newsletter