Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Sénégal : déploiement de nouveaux moyens dans la lutte contre la cybercriminalité

La police judiciaire sénégalaise se dote à partir de juillet d’une nouvelle division opérationnelle en charge de la lutte contre la cybercriminalité,  le terrorisme, et la radicalisation religieuse. 

 La cybercriminalité s’étend en Afrique de l’Ouest, sur un continent qui peine à mettre en place de vraies logiques de cybersécurité. Le manque de moyens, d’effectifs, de formation technique, d’experts, sont les raisons principales du retard dans la mise en place d’une lutte efficace.

La Côte d’Ivoire était jusqu’à aujourd’hui le seul pays ayant structuré une unité de lutte contre la cybercriminalité. Le Sénégal à son tour, se saisit de cette problématique grandissante de nos sociétés modernes et d’une ère mondialisée. La « division cybersécurité » qui dépend de la police judiciaire, verra ses effectifs augmenter de 9 à 29 personnes. Ainsi, la division sera dorénavant opérationnelle 24h/24h, sept jours sur sept à la Cité police de Dakar.

Les prérogatives de cette « division cybersécurité » ont aussi été élargies. Au delà du traitement de la cybercriminalité « classique », elle a pour autre mission de participer à la lutte contre le terrorisme. Raison pour laquelle figurent dans la nouvelle division des ingénieurs et des enquêteurs spécialisés, experts en analyse de données numériques, capables également de traiter les outils saisis lors d’opérations de police, comme des téléphones portables, des ordinateurs, ou encore des disques durs. « Les terroristes communiquent et utilisent les nouvelles technologies. L’analyse de données faite par nos experts en cybersécurité permettra de faire progresser rapidement les enquêtes anti-terroristes » dévoile le commissaire Yague, le directeur de la Police judiciaire

Autre volet d’intervention concerné : la radicalisation religieuse. Celle-ci fera l’objet d’une attention redoublée, notamment en ce qui concerne les réseaux sociaux et les nouvelles technologies de l’information. Une équipe de « cyberpatrouilleurs » chargés de superviser les sites ou forums suspects a été créée à cet effet.

C’est Paris qui a accompagné la structuration de cette nouvelle division, en détachant un expert en cybercriminalité auprès de la police judiciaire sénégalaise. Selon des sources française « Les autorités sénégalaises ont fait un effort énorme. Des moyens importants ont été mis en œuvre pour faire aboutir ce projet. »

Source : Jeune Afrique

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Comité national des actions de lutte contre le travail des enfants a annoncé vendredi 16 février que la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis ont passé un accord de partenariat pour enquêter sur ''les pires formes de travail des enfants'' dans les champs de cacao. Signé entre le Comité national...
Au Togo, depuis jeudi les délégations de chacune des parties impliquées dans la crise politique qui secoue le pays depuis le 19 août 2017, se sont présentées afin de préparer le dialogue politique prévu pour le 19 février. Avant la tenue du dialogue à proprement parlé, un comité préparatoire s'est...
Alors que le leader de l’opposition Moise Katumbi demeure en exil en Belgique, le président Joseph Kabila tente par tous les moyens de se maintenir à la tête de la RDC. Le leader de l’opposition Moise Katumbi  fait face à de nombreuses rumeurs. Favori des sondages, certains souhaitent qu’il se...
TRIBUNES LIBRES
Mathias Hounkpe, actuellement administrateur du Programme de Gouvernance Politique et de...

S’inscrire à la Newsletter