Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : manifestation contre la réforme de la constitution

Bronca et guerre des chiffres à l’issue d’une journée de protestation à Bamako.

 300 000 selon les organisateurs, 9 000 selon la police … Bien qu’il soit ardu de savoir combien étaient les maliens descendus dans la rue pour manifester contre la réforme de la constitution, force est de constater que l’opposition a comme prévu mobilisé ses troupes. Le chef de l’Etat malien joue une partie décisive avec le référendum sur la révision de la constitution. La manifestation du 17 juin était organisée par « An te son, a bana ! » (« Touche pas à ma Constitution ! »), une plateforme d’opposition et sonne comme un signal pour le président IBK. Il s’agissait de protester contre la tenue du référendum du 9 juillet. Les rues de Bamako se sont remplies de manifestants portants des casquettes rouges et brandissant des pancartes au slogans évocateurs : « Carton rouge au président IBK », « Non à la révision de la Constitution ! », « touche pas à ma Constitution ! », « Non à la création du Sénat », « Non au référendum ! », le cortège a traversé Bamako pour se rendre de la Place de la Liberté à la Bourse du travail.

Le chef de l’Etat malien porte le projet devant parachever la décentralisation au Mali par la création d’un Sénat mais aussi de d’assemblée locales dans cinq régions administratives du pays. Ce n’est pas le goût de tous.

L’opposition y voit un moyen pour IBK d’accroître son pouvoir en devenant en quelque sorte « un hyper-président doté de superpouvoirs », notamment celui de la nomination d’un tiers des membres du futur sénat. Le second point qui fait grincer des dents, concerne la nomination du président de la Cour constitutionnelle. Précédemment désigné parmi les membres de la cour, ce dernier devrait désormais être nommé par le président. La campagne pour le référendum s’ouvre le 23 juin dans un climat de colère alors que se profilent d’ores et déjà des manifestations plus importantes encore que celle du 17 juin.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dépourvu de compagnie aérienne nationale depuis le dépôt de bilan de Ghana Airways et de Ghana International Airlines, le Ghana étudie actuellement les offres d'Air Mauritius, d'Ethiopian Airlines et de Africa World Air afin d'y remédier.  Selon la ministre de l’aviation, Cecilia Dapaah, les tractations seraient déjà bien avancées avec ces structures. Il est important de noter...
Le Liberia est en passe de régler un imbroglio électoral dont il se serait bien passé. La présidentielle devrait finalement trouver son épilogue le 26 décembre prochain, confirme la commission électorale national (NEC). Les citoyens trancheront entre l'ex-icone du ballon rond, George Weah (CDC), et le vice-président sortant, Joseph Boakai (UP). Pour...
Professionnaliser, rajeunir et réduire les effectifs de l'armée. Tel est l'objectif mené par le gouvernement Ouattara dont le plan de dégraissage a déjà abouti au départ de près de 1000 militaires ivoiriens. Et cela, plus de sept mois après les mutineries qui ont animé le pays.  Concrètement, Abidjan escompte 4000...
TRIBUNES LIBRES
Les faibles revenus fiscaux pénalisent la croissance des pays africains....

S’inscrire à la Newsletter