Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Burkina Faso : un colloque pour lutter contre la désertification en Afrique

S’est tenu à Ouagadougou un colloque sur le thème de la désertification « Notre terre. Notre maison. Notre futur », en marge de la cérémonie commémorative de la journée mondiale de lutte contre la désertification, célébrée du 15 au 17 juin 2017

 La capitale du Burkina Faso a reçu les présidents maliens, burkinabé et nigériens. Les présidents Ibrahim Boubacar Keita, Mahamdou Issoufou et Roch Marck Christian Kaboré s’engagent pour la réhabilitation et la gestion durable des terres en Afrique et ont envisagés les moyens à mettre en œuvre pour lutter contre la déforestation et la désertification. Les échanges ont été nombreux autour des thématiques centrales de la conférence. Le colloque a réuni en séances de travail, ministres de l’environnement et chercheurs de nombreux pays. Les questions furent abordées sans tabou, dans leur diversité et leurs urgences. Ainsi il fut question de la réhabilitation de dix millions d’hectares de terres dégradées et la création de deux millions d’emplois verts.

« Nous, chefs d’Etat du Burkina Faso, du Mali, du Niger, de concert avec nos pairs de la sous-région, prenons l’engagement d’œuvrer à la promotion de partenariats régionaux et mondiaux pour l’investissement dans la réhabilitation et la gestion durable des terres à toutes les tribunes d’échanges que nous aurons », a déclaré le président Roch Marc Christian Kaboré.

A titre d’exemple des méfaits de la désertification, il a été établi qu’ Burkina Faso 5,16 millions d’hectares de terres soit 19% du territoire national, ont été dégradées selon Batio Nestor Bassière, le ministre burkinabè de l’environnement, de l’économie verte et du Changement climatique. La désertification affecte entre le tiers et la moitié des terres en Afrique. Ce phénomène a un impact sur les emplois liés à l’exploitation des terres. « La lutte contre la désertification et la sécheresse c’est assurer l’avenir de toute humanité », a marteté le président burkinabé.

« D’ici 2050 la population africaine doublera pour atteindre deux milliards de personnes, en majorité jeunes et sans emploi », a prévenu la secrétaire exécutive de la Convention des Nations unies pour la lutte contre la désertification, Monique Barbut. Il est ainsi souligné que la désertification a de nombreux impacts à moyen et long terme : sur les terres et la nature, sur les hommes. L’incapacité à travailler la terre génère une dégradation du niveau d’emploi dans des pays où le taux de natalité est élevé. Sont à craindre des flux migratoires accrus.

 La Tribune Afrique

 

 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afin de faire face aux nombreux défauts de paiement des exportateurs locaux, Abidjan a décidé de revoir drastiquement les conditions d’attribution des droits d’exportation de cacao pour la nouvelle campagne de commercialisation. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les heureux élus "devront désormais obtenir de solides engagements financiers de la part...
Le 6 juin le gouvernement sénégalais a entériné le projet de réforme du statut des écoles coraniques (daaras) en adoptant un nouveau projet de loi. L’objectif du nouveau projet de loi est très précis et ne cache pas ses ambitions. Il s’agit de donner accès aux enseignements élémentaires et créer...
Avec plus de 11 milliards de francs CFA issus de la campagne 2017-2018, la filière coton s’annonce comme un fort contributeur au budget de l’Etat. La dernière campagne de la filière cotonnière a été fructueuse. La production présentant un record de 597.986 tonnes de coton-graine. Ainsi le coton est une...
TRIBUNES LIBRES
Ancien Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du...

S’inscrire à la Newsletter