Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Gambie : le tourisme à la relance
Gambie tourisme économie-min

Si le potentiel touristique de la Gambie reste encore modeste avec 150 000 visiteurs par an, il n’en reste pas moins exploitable tant la richesse historique et naturelle locale le rend attractif. Le nouveau gouvernement conduit par Adama Barrow entend donc remodeler l’ensemble du système afin de faire du tourisme l’un des leviers essentiels de l’économie nationale.

« Plages de sable fin, paysages magnifiques, mais aussi une merveilleuse histoire coloniale à raconter, ce petit pays (11 300 km2) de 1 991 000 habitants a tout pour séduire les touristes. De Serekunda en passant par Kotu, Bjilio, Fajara, Bakau, Brufut, l’île James… un séjour en Gambie nous réserve tant de surprises agréables, avec en prime, un soleil au rendez-vous plusieurs mois de l’année. »

Le site Afrik résume bien l’attractivité de la Gambie dans ce secteur (10 000 emplois – 15% du PIB, actuellement). Les autorités espèrent donc surfer sur ces ressources pour redonner un coup de fouet à la croissance domestique, sachant que cette nation n’est qu’à trois heures de vol de plusieurs capitales européennes. D’autre part, le départ de Yahya Jammeh de la présidence est également de nature à rassurer les tours-opérateurs internationaux.

Un rapprochement avec le voisin sénégalais ?

Une donnée qui n’échappe pas à Guillaume Pepin, directeur Afrique de l’Ouest de la plateforme de voyage, Jumia Travel :

« Avec sa stabilité actuelle, la Gambie connaît un retour important de touristes européens qui avaient quelque peu déserté la destination. C’est un nouveau visage qui séduit. Le gouvernement doit en profiter en mettant l’accent sur la promotion de ses atouts touristiques.

La Gambie a aussi l’avantage d’être un prolongement du Sénégal. Elle devra profiter de ce positionnement pour attirer les touristes venant au Sénégal pour une continuité de l’offre. Et pour cause, ces deux pays ont beaucoup de choses en commun. »

Redorer l’image et moderniser les infrastructures

Deux défis majeurs en la matière attendent A.Barrow. Le premier est d’affiner l’image locale qui souffre d’une réputation de tourisme sexuel. Celle-ci a progressivement fleuri dans plusieurs sites clés. Des mesures impératives vont devoir être prises par les autorités pour contenir ce fléau.

Le deuxième devra conduire la Gambie à moderniser ses infrastructures d’accueil, jugées partiellement vétustes ou peu nombreuses; un héritage issu de la dictature opérée durant plus de vingt ans par Y.Jammeh.

Source : Afrik

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La société sucrière ivoirienne Sucaf annonce un plan d'investissement de 84 milliards de francs CFA sur la période 2017-2022. La capacité de production de ses deux usines de transformation devraient passer à 10 000 tonnes de cannes à sucre quotidiennement, versus 8 000 tonnes actuellement. Lors de la visite du...
Le président guinéen Alpha Condé, a présenté le 16 novembre à Paris, son Plan national de développement économique et social. Lors du Groupe consultatif, l'Union européenne (UE), a alors pris la décision de débloquer du pays une enveloppe de 400 millions d'euros afin de soutenir le plan de restructuration guinéen....
A peine sorti de la récession, le Nigéria ambitionne un taux de croissance prévu de 2,5% sur la période 2018- 2019, selon la Banque mondiale.  Le gouvernement nigérian a confirmé que sa stratégie de gestion des recettes et des dettes a fini par réduire sensiblement le risque d'endettement. Le développement...
TRIBUNES LIBRES
Les faibles revenus fiscaux pénalisent la croissance des pays africains....

S’inscrire à la Newsletter