Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : libération de 82 lycéennes détenues par Boko Haram

Soulagement et joie dans la capitale à l’accueil des lycéennes libérées le 6 mai. Le président Buhari a reçu au palais présidentiel d’Abuja les 82 jeunes filles libérées des mains de Boko Haram.

Les jeunes filles étaient détenues depuis 2014 et attendues par leur famille chaque jour au sein de l’association BringBackOurGirls ( BBOG). Les familles ne connaissant pas le nom des jeunes libérées patientaient fébrilement dans l’espoir que leur fille soit parmi les 82 lycéennes de retour

« Les familles sont anxieuses, elles ne savent pas si leurs filles sont là ou pas », confirme Emman Shehu, membre du mouvement BBOG. « Pour les parents, l’espoir est immense, mais il y a aussi l’angoisse, ils retiennent leur souffle jusqu’à ce que la liste des rescapées soit rendue publique », ajoute Emman Shehu. « Nous attendons depuis trois ans, trois semaines et un jour », laisse échapper une mère, qui espère le retour de deux de ses filles.

L’information sur l’identité des jeunes lycéennes est restée confidentielle jusque dans la soirée. Les jeunes filles ont fait l’objet d’un échange contre des membres de Boko Haram.

On compte désormais cent six lycéennes libérées ; il reste encore néanmoins centre treize captives du groupe djihadiste Boko Haram.Le soir, les jeunes libérées ont été reçues par le président Buhari au palais présidentiel, l’Aso Rock Villa. On ne sait cependant que peu de choses sur ce qu’il advient de la prise en charge des ex-otages, celles-ci une fois libérées. La discrétion demeure sur le programme de réintégration après le long temps passé en captivité, le choc émotionnel subi et les séquelles éventuelles après avoir été séparées de leur famille. On sait qu’elles sont placées sous protection gouvernementale sans que pour autant on sache de quelle manière elles sont suivies et comment se passe leur retour à une vie normale.

Rappelons qu’au total, ce sont  276 jeunes filles qui ont été enlevées dans leur école à Chibok par le groupe djihadiste en 2014.

Sources : Le Monde Afrique

AUTEUR: Awa Siaka
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Comité national des actions de lutte contre le travail des enfants a annoncé vendredi 16 février que la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis ont passé un accord de partenariat pour enquêter sur ''les pires formes de travail des enfants'' dans les champs de cacao. Signé entre le Comité national...
Au Togo, depuis jeudi les délégations de chacune des parties impliquées dans la crise politique qui secoue le pays depuis le 19 août 2017, se sont présentées afin de préparer le dialogue politique prévu pour le 19 février. Avant la tenue du dialogue à proprement parlé, un comité préparatoire s'est...
Alors que le leader de l’opposition Moise Katumbi demeure en exil en Belgique, le président Joseph Kabila tente par tous les moyens de se maintenir à la tête de la RDC. Le leader de l’opposition Moise Katumbi  fait face à de nombreuses rumeurs. Favori des sondages, certains souhaitent qu’il se...
TRIBUNES LIBRES
Mathias Hounkpe, actuellement administrateur du Programme de Gouvernance Politique et de...

S’inscrire à la Newsletter