Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Témoignage : prisonnière de Boko Haram

Thibault Lefèvre, journaliste à France Inter a rencontré Amssatou, une adolescente nigériane de 15 ans. Amssatou n’est pas une adolescente comme les autres.

 En 2015, la secte islamiste Boko Haram a attaqué la ville où vivait Amssatou. Lors d’une attaque particulièrement violente et meurtrière dont Boko Haram est coutumier, la jeune fille et 25 autres jeunes filles ont été capturées puis séquestrées dans une école à Baga, au Nord-est du Nigeria.

Durant plus de deux mois elle a vécu sous le joug de la secte islamiste avant d’être libérée par l’armée nigériane. Elle vit aujourd’hui, à l’instar d’autres adolescents, plus de 150 000 mineures ; réfugiée dans la région de Diffa au Niger.

Amssatou témoigne, avec précision, sans colère de ce qu’ont été les conditions de sa détention, de ce à quoi elle a échappé, de son statut actuel d’ex-otage, de ses espoirs et ambitions pour son avenir.

Elle témoigne de la cruauté lorsqu’elle a vu périr son père, son oncle, et quatre autres hommes de sa famille au moment de l’attaque. Elle témoigne de l’inhumanité de ses geôliers. Elle raconte les viols, les coups, la faim. Elle dévoile qu’elle a échappé de peu au mariage forcé en raison de l’intervention de l’armée nigériane.

Amssatou rescapée se reconstruit avec l’espoir d’apprendre. Apprendre à lire, à écrire. Apprendre. Elle formule également le vœu que personne n’apprenne son histoire. « Personne ne sait que j’ai été prisonnière de Boko Haram. Le secret est difficile à garder ; mais si quelqu’un l’apprend, je ne pourrai jamais me marier. Mon futur mari me soupçonnerait d’avoir été violée, d’être tombée enceinte. Aucun homme ne voudra de moi. »

Le calvaire de séquestration physique fini, Amssatou vit désormais la séquestration psychologique et culturelle. Cela n’empêche pas la jeune fille de croire en l’avenir : « J’aimerais d’abord aller à l’école. Apprendre à lire, à écrire. Me marier. J’aimerais travailler pour l’État du Nigeria. »

A lire sur France Inter

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Côte d'Ivoire, premier producteur africain de noix de cajou et premier exportateur mondial, rencontre actuellement des difficultés avec son cru 2018 qui ne donne pas entière satisfaction sur le marché international. Et cela, pour des raisons d'ordre structurel. Selon RFI, "c'est la qualité médiocre de la noix brute qui...
Dans un mois le sommet de la conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest aura lieu en juin à Lomé. Entre temps, il est espéré un retour des démarches pour la résolution de la crise. Alors que cette semaine était...
Afin d’appuyer la transition démocratique du pays et soutenir Adama Barrow dans sa relance de la Gambie, les bailleurs de fonds internationaux ont fait la promesse de verser 1,45 milliard d'euro au pays en pleine transition démocratique. A Bruxelles le 22 mai, s'est tenue la conférence internationale sur la Gambie...
TRIBUNES LIBRES
Ancien Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du...

S’inscrire à la Newsletter