Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Gambie : pression de la communauté internationale après le revirement de Yahya Jammeh

Il avait pourtant reconnu sa défaite le 1er décembre ; mais le président sortant de la Gambie, Yahya Jammeh a décidé de dénoncer les résultats et a saisi la Cour suprême pour demander que le scrutin soit annulé.

 Les négociations diplomatiques s’intensifient alors que la Communauté Économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et l’Organisation des Nations Unies (ONU) oeuvrent afin que le président sortant respecte les résultats de l’élection présidentielle de décembre et assume la défaite qui est la sienne.

« Cela ne peut pas aboutir en un seul jour, explique la présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf, qui conduit la délégation ouest-africaine de la Cédéao alors que dans quelques jours va se tenir samedi un sommet de l’organisation.

Côté ONU, on se veut plus ferme encore en déclarant par l’entremise du représentant de l’Afrique de l’Ouest Mohamed Ibn Chambas que « Yahya Jammeh doit être prêt à céder le pouvoir à la date prévue » sous peine de sanctions, à savoir le 18 janvier prochain.

Ban Ki-Moon lui même s’est exprimé. Le secrétaire général des Nations Unies a appelé à une transition dans les temps et dans les formes prévues par la loi.

La situation est complexe, y compris dans le pays. Le président sortant ainsi que son parti ont saisi la Cour suprême pour demander l’annulation des résultats de l’élection présidentielle au prétexte que la Commission électorale n’avait « pas correctement compilé les résultats ».

Cependant la Cour n’est pas au grand complet. La question de la nomination de ses membres est une épineuse question puisqu’il revient au chef de l’Etat de désigner les membres de la Cour suprême.

On voit ainsi comment le président sortant peut envisager de faire invalider les résultats de l’élection. Si avocats, opposition et diplomatie internationale lisent de manière très exacte la manœuvre ; le contexte est favorable à Yahya Jammeh puisque dans la plus absolue légalité. Néanmoins selon des sources onusiennes, il apparaît qu’il ne serait pas aisé pour Yahya Jammeh d’identifier les juges qu’il pourrait nommer.

Autre facteur décisif : le temps. A partir du 18 janvier, date de la fin de mandat de Yahya Jammeh trois options sont possibles. La Cour suprême peut demander de nouvelles élections ; sous supervision internationale. La Cour suprême valide la victoire de Adam Barrow. La Cour suprême ne rend pas de décision et Yahya Jammeh devra malgré tout quitté la présidence.

Pour l’heure, Adam Barrow est bien élu président et la diplomatie est aux affaires.

Source : RFI

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Comité national des actions de lutte contre le travail des enfants a annoncé vendredi 16 février que la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis ont passé un accord de partenariat pour enquêter sur ''les pires formes de travail des enfants'' dans les champs de cacao. Signé entre le Comité national...
Au Togo, depuis jeudi les délégations de chacune des parties impliquées dans la crise politique qui secoue le pays depuis le 19 août 2017, se sont présentées afin de préparer le dialogue politique prévu pour le 19 février. Avant la tenue du dialogue à proprement parlé, un comité préparatoire s'est...
Alors que le leader de l’opposition Moise Katumbi demeure en exil en Belgique, le président Joseph Kabila tente par tous les moyens de se maintenir à la tête de la RDC. Le leader de l’opposition Moise Katumbi  fait face à de nombreuses rumeurs. Favori des sondages, certains souhaitent qu’il se...
TRIBUNES LIBRES
Mathias Hounkpe, actuellement administrateur du Programme de Gouvernance Politique et de...

S’inscrire à la Newsletter