Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Niger : la fronde des étudiants continue face à la défaillance du système universitaire

Les étudiants nigériens multiplient les opérations de protestation au sein des universités du pays afin de condamner les errances d’un système qui ne peut plus prospérer dans ces conditions. En cause : une grève persistante du personnel enseignement, des arriérés de bourses non perçus ou encore la vétusté des infrastructures.

Le conflit semble bel et bien consommé entre les organisations étudiantes et l’Éducation nationale. Et pour cause, si les revendications sont nombreuses depuis la rentrée, les réponses apportées par le gouvernement nigérien demeurent beaucoup plus rares ou du moins peu convaincantes.

L’heure est donc davantage propice aux heurts qu’à la saine négociation, à l’image du campus de Niamey où les étudiants poursuivent leur grève entamée le 1er septembre. Ces derniers dénoncent en effet des conditions de travail extrêmement limites ainsi qu’une insécurité latente sur le site.

Salaou Chaïbou, délégué de l’Union des étudiants nigériens, se fait ainsi écho de cette détresse : « Il y a des salles de cours qui sont en construction depuis trois ou quatre ans, voire plus. C’est bien simple, depuis la pose de la première pierre, les travaux n’avancent pas », regrette-t-il avant de soulever une autre problématique d’envergure : « Si on rentre à l’université après 22h, on risque de se faire braquer par des bandits à tout moment… »

Mais ce n’est pas tout, les universités de Zinder et Maradi ont également été le théâtre de débordements ces deux dernières semaines car « leurs locataires » perdent patience en ne percevant pas les bourses d’Etat dans les délais escomptés. Les associations fustigent parallèlement un manque d’approvisionnement inacceptable des restaurants internes, tout comme le mouvement de grève persistant des enseignants.

Elles ont donc engagé un nouveau bras de fer avec les autorités en brûlant des pneus et en dressant des barricades. La réponse policière ne s’est quant à elle pas fait attendre, atteste l’un des protagonistes de la fronde :

« Les forces de l’ordre ont envahi le campus dans la foulée et délogé les étudiants. Il y a eu des dizaines d’arrestations et des blessés parmi eux. »

Contacté par RFI, le ministre des Enseignements supérieurs a indiqué que le budget universitaire 2017 allait être revu à la hausse. Suffisant pour entrevoir un semblant de sortie de crise ?

Source : RFI

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Comité national des actions de lutte contre le travail des enfants a annoncé vendredi 16 février que la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis ont passé un accord de partenariat pour enquêter sur ''les pires formes de travail des enfants'' dans les champs de cacao. Signé entre le Comité national...
Au Togo, depuis jeudi les délégations de chacune des parties impliquées dans la crise politique qui secoue le pays depuis le 19 août 2017, se sont présentées afin de préparer le dialogue politique prévu pour le 19 février. Avant la tenue du dialogue à proprement parlé, un comité préparatoire s'est...
Alors que le leader de l’opposition Moise Katumbi demeure en exil en Belgique, le président Joseph Kabila tente par tous les moyens de se maintenir à la tête de la RDC. Le leader de l’opposition Moise Katumbi  fait face à de nombreuses rumeurs. Favori des sondages, certains souhaitent qu’il se...
TRIBUNES LIBRES
Mathias Hounkpe, actuellement administrateur du Programme de Gouvernance Politique et de...

S’inscrire à la Newsletter