Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Guinée : ambitions pour un redéploiement de la filière mangue

La Guinée veut exporter sa mangue (fraîche et transformée), source de revenus encore insuffisamment exploitée.

Les parties-prenantes de la filière  se rencontrent depuis le 2 novembre à Conakry afin d’identifier les différents points d’amélioration qui permettraient à la filière d’accroître sa compétitivité. Producteurs, transformateurs, commerçants, exportateurs sont réunis sous l’impulsion de madame Fanta Cissé, la Secrétaire générale du ministère du Commerce.

Celle-ci est venue souligner l’importance de la filière, présenter plusieurs études sur les forces et faiblesses de la filière, les caractéristiques et opportunités sur les marchés porteurs pour la mangue de Guinée, que sont la sous-région, le Maroc et l’Union Européenne.

Les faits : la Guinée est l’un des grands pays producteurs de mangue de la sous-région Ouest- africaine. Les vergers de manguiers recensés présentent plus de 700 000 arbres. Les exportations selon la secrétaire générale sont insuffisantes : 100 000 tonnes / an en direction du marché européen. Le pays est moins compétitif que ses voisins le Mali, le Sénégal, et la Côte d’Ivoire.

De même, la Guinée est plus fragile que les poids lourds du secteur en ce qui concerne la mangue transformée. Pourtant le potentiel est bien réel. Des ateliers sont donc organisés afin d’identifier les éléments et actions qui feront de la mangue guinéenne un acteur plus performant et plus compétitif sur le marché local et international. Il s’agit d’évaluer, l’offre de la mangue guinéenne, et la demande sur les marchés porteurs de la sous-région et au-delà. «Nous souhaitons qu’à l’issue de l’atelier que non seulement l’étude de compétitivité soit validée mais que surtout le plan d’action de la filière soit également validé et que toutes les parties prenantes – gouvernement, secteur privé et partenaires techniques et financiers  –  puissent intégrer dans les exercices de programmation en cours », a déclaré  Frédérine Derlot, administratrice de programmes fruits et légumes frais à la division Développement des marchés compétitivité des secteurs du Centre du Commerce International (CCI).

La mangue a de l’avenir et notamment la mangue transformée, point de faiblesse majeur de la filière. «Celle-ci devrait procurer des revenus monétaires plus substantiels aux producteurs, transformateurs et exportateurs et forcément donc contribuer à améliorer durablement leurs conditions de vie », a expliqué Frédérine Derlot.

La secrétaire générale du ministère du Commerce souhaite qu’à l’issue de ces ateliers soient actée une feuille de route précisant ; mise à niveau et actions d’accompagnement.

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Comité national des actions de lutte contre le travail des enfants a annoncé vendredi 16 février que la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis ont passé un accord de partenariat pour enquêter sur ''les pires formes de travail des enfants'' dans les champs de cacao. Signé entre le Comité national...
Au Togo, depuis jeudi les délégations de chacune des parties impliquées dans la crise politique qui secoue le pays depuis le 19 août 2017, se sont présentées afin de préparer le dialogue politique prévu pour le 19 février. Avant la tenue du dialogue à proprement parlé, un comité préparatoire s'est...
Alors que le leader de l’opposition Moise Katumbi demeure en exil en Belgique, le président Joseph Kabila tente par tous les moyens de se maintenir à la tête de la RDC. Le leader de l’opposition Moise Katumbi  fait face à de nombreuses rumeurs. Favori des sondages, certains souhaitent qu’il se...
TRIBUNES LIBRES
Mathias Hounkpe, actuellement administrateur du Programme de Gouvernance Politique et de...

S’inscrire à la Newsletter