Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Colombie : le referendum invalide l’accord de paix avec les Farc

Contre tout attente, le Non l’a emporté hier lors du referendum sur l’accord de paix historique entériné la semaine dernière par le gouvernement colombien et la guérilla marxiste des Farc dont le conflit parasitait pourtant le pays depuis 1964.

Le chapitre pénal, quelque peu expédié par le texte, aura été l’argument numéro un de l’opposition sur ce dossier, car les peines aménagées prévues pour les membres de la guérilla et les agents de l’État responsables des crimes les plus graves, ont engendré un certain malaise dans l’opinion publique.

Mais ce n’est pas tout, la participation future des Farc à la vie politique locale laissait également craindre « un castro-chavisme inspiré des régimes cubain et vénézuélien », comme le relève Le Monde.

Le désarroi était donc de mise pour le chef de l’exécutif, Juan Manuel Santos, qui avait ardemment milité en faveur d’une issue positive : « Je vous ai convoqués pour que vous décidiez de soutenir ou pas ce qui a été accordé pour la fin du conflit avec les Farc, et la majorité, bien que d’une très étroite marge, a dit que Non. »

Ce dernier a toutefois tenu à garder un discours positif pour l’avenir du pays : « L’autre moitié du pays à dit que Oui, mais tous, sans exception, veulent la paix. Je ne me rendrai donc pas et continuerai à rechercher la paix », a-t-il promis.

Avant de conclure : « Le cessez-le-feu bilatéral et définitif, observé depuis le 29 août, reste valide et restera en vigueur (…) Lundi, je convoquerai toutes les forces politiques – et en particulier celles qui se sont manifestées aujourd’hui pour le non – afin de les écouter, d’ouvrir des espaces de dialogue et de décider du chemin à suivre. »

Quant au leader des Farc, Timoleón Jiménez, ce dernier regrettait depuis la Havane (ville où les négociations chapeautées par l’ONU ont eu lieu) « que le pouvoir destructeur de ceux qui sèment la haine et la rancœur ait influé sur l’opinion de la population colombienne. » 

Il s’est néanmoins engagé à ce que la guérilla « ne fasse usage que de la parole comme arme de construction de l’avenir. »

Pour rappel, le conflit, vieux de 52 ans, a engendré 260 000 morts, 45 000 disparus et 7 millions de déplacés.

Sources : Le Monde et Le Figaro

Article connexe :

http://tribuneouest.com/2016/08/25/colombie-accord-de-paix-sans-precedent-entre-letat-et-les-farc/

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Comité national des actions de lutte contre le travail des enfants a annoncé vendredi 16 février que la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis ont passé un accord de partenariat pour enquêter sur ''les pires formes de travail des enfants'' dans les champs de cacao. Signé entre le Comité national...
Au Togo, depuis jeudi les délégations de chacune des parties impliquées dans la crise politique qui secoue le pays depuis le 19 août 2017, se sont présentées afin de préparer le dialogue politique prévu pour le 19 février. Avant la tenue du dialogue à proprement parlé, un comité préparatoire s'est...
Alors que le leader de l’opposition Moise Katumbi demeure en exil en Belgique, le président Joseph Kabila tente par tous les moyens de se maintenir à la tête de la RDC. Le leader de l’opposition Moise Katumbi  fait face à de nombreuses rumeurs. Favori des sondages, certains souhaitent qu’il se...
TRIBUNES LIBRES
Mathias Hounkpe, actuellement administrateur du Programme de Gouvernance Politique et de...

S’inscrire à la Newsletter