Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Un militant anti-esclavagiste mauritanien entame une tournée africaine

Récemment sorti de prison, le militant mauritanien Biram Ould Abeid entreprend une tournée d’Afrique afin de sensibiliser opinions et pouvoirs publics sur les « crimes esclavagistes » qui subsistent dans son pays.

Il dénonce un « esclavage domestique » et s’insurge contre le « racisme d’Etat » mauritanien. Biram Ould Dah Ould Abeid, président de l’ONG Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), vient d’entreprendre une tournée des pays africains. Il a déjà visité le Sénégal et le Mali, et s’apprête à se rendre en Afrique du Sud et au Burkina Faso, afin de sensibiliser les sociétés civiles africaines à ce qu’il qualifie de « crimes esclavagistes » commis en Mauritanie.

Selon Biram Ould Abeid, « 20% de la population mauritanienne sont toujours des esclaves par ascendance et sont attachés à la famille de leurs maîtres, astreints à travailler sans repos, sans soins, privés d’école, de mariage et de propriété ». Le président de l’ONG, non reconnue par l’Etat mauritanien, dénonce « un apartheid non écrit, implanté en Afrique de l’Ouest contre les Noirs par une minorité en Mauritanie ».

Mais le but de cette tournée africaine est également politique : Biram Ould Abeid souhaite obtenir la condamnation de la Mauritanie, à la faveur de la prochaine session de la Commission africaine des droits de l’homme et du peuple, qui se tiendra en octobre en Gambie. « La société civile africaine va faire pression sur les gouvernements du continent afin qu’ils puissent s’acquitter de leurs devoirs vis-à-vis des populations noires de Mauritanie, comme ils se sont acquittés de leur devoir envers les populations noires en Afrique du Sud du temps de l’apartheid », espère-t-il.

Après une manifestation organisée le 29 juin par IRA et les habitants d’un bidonville de la capitale mauritanienne, treize militants anti-esclavagistes avaient été condamnés, le 18 août, à des peines allant de trois à quinze ans de prison ferme. Leurs avocats avaient vertement dénoncé ce verdict : « ces militants sont des prisonniers d’opinion accusés à tort et incarcérés en vue d’entraver leur travail légitime ». Biram Ould Abeid avait lui-même été condamné, en janvier 2015, à deux ans de prison pour appartenance à une organisation non reconnue et violences contre les forces de l’ordre. Il avait été libéré après dix-huit mois d’enfermement.

Si l’esclavage a été officiellement aboli par la Mauritanie en 1981 et qu’une nouvelle loi, adoptée en août 2015, l’assimile à un crime contre l’humanité, cette pratique perdure pourtant dans le pays. Les condamnations restent rares contre les fautifs, au contraire de celles qui pleuvent sur les militants.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les autorités cap-verdiennes ont confirmé très récemment qu'un centre de formation militaire financé en grande partie par les Etats-Unis ouvrira ses portes en 2018 sur la presqu'île. La structure permettra aux forces de défense et de sécurité locales de progresser à vitesse grand V. Concrètement, "l'Orbit Training Center", comme il...
Nana Akufo-Addo souhaite qu'Accra s'émancipe au plus vite de l'aide financière octroyée depuis 2015 par le Fonds monétaire international (FMI). Le chef d'Etat est en effet "déterminé à mettre en place des mesures irréversibles pour maintenir la stabilité macro-économique du Ghana". Le Ghana doit réapprendre à ne compter que sur lui-même....
Le secteur de la noix de cajou, très en verve en Côte d'Ivoire qui en est le premier producteur mondial, va évoluer sur plusieurs fronts en 2018. Sa production va ainsi augmenter de 5% cette année, tandis que sur le plan fiscal une taxe de 10% (sur la valeur en...
TRIBUNES LIBRES
Mathias Hounkpe, actuellement administrateur du Programme de Gouvernance Politique et de...

S’inscrire à la Newsletter