Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Ghana/Élection : le président Mahama promet des lendemains économiques meilleurs

Le président ghanéen, John Mahama (NDC), a défendu samedi 17 septembre son bilan économique, pourtant très critiqué, tout en lançant les contours de sa campagne en vue d’une réélection à la tête du pays au mois de décembre.

Alors que le Ghana a connu en 2015 sa plus faible croissance depuis 10 ans (moins de 4%), J.Mahama a préféré botter en touche lors de son dernier meeting où ses partisans étaient venus en masse. Ce dernier a donc axé son discours sur l’avenir qu’il juge prometteur sur le plan économique :

« Le déficit budgétaire du Ghana devrait connaître un repli à 4,9% du PIB cette année, contre une projection initiale de 5,3%. Le PIB devrait également croître de plus de 8% l’année prochaine, comparativement à une hausse attendue de 4,1%, cette année », a-t-il annoncé en grande pompe.

Malgré tout, le dirigeant ne peut occulter les dérives financières qui ont récemment accompagné le pays, autrefois loué pour sa croissance exponentielle.

La chute du prix des matières premières a certes sévèrement affaibli les forces vives locales, à savoir l’exportation de cacao, de pétrole ou de l’or, mais la gestion de la dette publique, quelque peu excessive, reste le point noir de ses quatre années au sommet de l’Etat.

L’intéressé s’est en effet tourné vers le FMI en 2013 pour ponctionner la dette d’Accra, très élevée, en recourant à un prêt de 918 millions de dollars destiné à retrouver une stabilité budgétaire, couplée à une maîtrise de sa devise, le Cedi, qui peine à s’apprécier.

Mais J.Mahama a parallèlement eu recours à plusieurs eurobonds (une obligation libellée dans une monnaie différente de celle de la nation émettrice) pour y parvenir, « dont le dernier en date s’élève à 750 millions $ », indique l’Agence Ecofin.

Cette situation pourrait dès lors s’avérer inconfortable à moyen ou long terme si les taux d’intérêt des marchés monétaires progressaient dangereusement.

Le président s’est toutefois voulu pragmatique sur ce dossier en attestant qu’il était « nécessaire de prendre des mesures énergiques et monétaires pour remettre l’économie sur une voie plus stable », avant de promettre « de meilleures possibilités d’emploi au cours des quatre prochaines années. »

Pour rappel, le scrutin présidentiel, acté au 7 décembre, opposera le leader du Congrès démocratique national (NDC) à Nana Akufo-Addo, chef de file du  Nouveau parti patriotique (NPP).

Sources : Agence Ecofin, TV5  Monde et Afrik 7

AUTEUR: Paul Lauga
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Comité national des actions de lutte contre le travail des enfants a annoncé vendredi 16 février que la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis ont passé un accord de partenariat pour enquêter sur ''les pires formes de travail des enfants'' dans les champs de cacao. Signé entre le Comité national...
Au Togo, depuis jeudi les délégations de chacune des parties impliquées dans la crise politique qui secoue le pays depuis le 19 août 2017, se sont présentées afin de préparer le dialogue politique prévu pour le 19 février. Avant la tenue du dialogue à proprement parlé, un comité préparatoire s'est...
Alors que le leader de l’opposition Moise Katumbi demeure en exil en Belgique, le président Joseph Kabila tente par tous les moyens de se maintenir à la tête de la RDC. Le leader de l’opposition Moise Katumbi  fait face à de nombreuses rumeurs. Favori des sondages, certains souhaitent qu’il se...
TRIBUNES LIBRES
Mathias Hounkpe, actuellement administrateur du Programme de Gouvernance Politique et de...

S’inscrire à la Newsletter