Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Colombie : accord de paix sans précédent entre l’Etat et les Farc

Après 52 années de conflit meurtrier, le gouvernement colombien et la guérilla marxiste ont trouvé un accord de paix historique, mercredi 24 août, à La Havane. Le texte sera soumis à référendum le 2 octobre prochain.

Entre soulagement et polémique, la Colombie est sur le point de clore l’un des chapitres les plus noirs de son histoire. En atteste le communiqué triomphant des deux parties qui ont indiqué « être parvenues à un accord final, intégral et définitif de sortie de crise », et cela sur l’ensemble des points de la discorde.

Ainsi, le cessez-le-feu acté le 23 juin sera placé sous le contrôle tripartite du gouvernement de Juan Manuel Santos, des Farc menés par Timoleon Jimenez et enfin de l’ONU qui a chapeauté les négociations depuis plus de deux ans dans la capitale cubaine.

Cette désescalade de la violence présente, en outre, une organisation minutieuse puisque les combattants rebelles (7000 hommes) sont invités dans un délai de six mois à rejoindre 23 zones de démobilisation et à déposer leurs armes et munitions auprès de la mission des Nation Unies.

Une fois cette étape franchie, la formation pourra créer son propre parti politique tout en profitant de cinq sièges de députés et sénateurs assurés lors de deux législatures consécutives.

Cette avancée sans précédent dans l’histoire colombienne a notamment été possible par la réforme agraire négociée en 2013 qui favorise une meilleure répartition des terres pour la population locale. Cette dernière avait en effet toujours contesté une certaine injustice en la matière.

Cette mesure permettra également aux autorités de lutter plus efficacement contre le narcotrafic, puisque les paysans recevront des sources de revenus alternatives pour abandonner la culture de la coca.

Toutefois, le chapitre pénal semble avoir été quelque peu « expédié » par le texte puisque des peines aménagées sont prévues pour « les membres de la guérilla et les agents de l’État responsables des crimes les plus graves, comme les meurtres, les enlèvements, les viols, les déplacements forcés ou le recrutement de mineurs », créant par la même occasion un certain malaise social.

Parallèlement, une vague d’amnistie sera mise en place pour les auteurs d’actes « moins répréhensibles » durant le conflit, qui rappelons-le est responsable de la mort de 260 000 personnes et de la disparition de 45 000 hommes et femmes…

Source : La Croix

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le président français est attendu en Afrique dans les prochains mois. Et notamment en Afrique de l'Ouest. Au programme ; des rencontres diplomatiques au Burkina Faso, la Côte d'Ivoire et le Sénégal.  L’agenda du président français subit quelques changements, qui modifient le programme des visites en Afrique. Prévu initialement à la...
Les négociations entre la Guinée et le FMI ont abouti et le FMI va donc débloquer les aides nécessaires à la tenue d’un programme de réformes et de politiques économiques. Cette démarche serait appuyée également par la Facilité élargie de crédit (FEC).  Alors que la situation économique de la Guinée...
La Banque mondiale vient d’allouer à la Banque ouest-africaine de développement une aide financière de 155 millions de dollars.   L’aide de 155 millions de dollars doit soutenir la politique de l'habitat social de la BOAD qui siège à Lomé, la capitale togolaise. Le financement de l'habitat social dans l'Union économique...
TRIBUNES LIBRES
Les faibles revenus fiscaux pénalisent la croissance des pays africains....

S’inscrire à la Newsletter