Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Guinée : l’excision fait une nouvelle victime

Malgré les vastes campagnes de sensibilisation menées contre l’excision, cette pratique perdure massivement sur le continent africain qui truste les dix premières places des nations les plus coutumières du fait. Cela s’est encore vérifié le 14 août dernier avec le décès d’une fillette dans des conditions sordides en Guinée.

Et pour cause, ce pays est le triste dauphin de ce classement avec 97% de femmes excisées selon une étude démographique réalisée en 2012, indique le site guineenews.

Une tendance qui a encore récemment ôté la vie d’une jeune fille à Makpozou, en Guinée forestière, s’insurge dans un communiqué Sanaba Kaba, la ministre guinéenne de l’Action sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance.

Ouest France précise que le drame s’est déroulé dans un camp dédié à cette méthode barbare. Pourtant, les autorités locales avait lancé au début du mois d’août « une vaste campagne d’éducation de sensibilisation et d’information auprès des communautés dénommées vacances scolaires sans excision », renchérit l’intéressée.

Mais il est sans doute encore trop tôt pour que des résultats probants soient constatés à ce niveau. Malgré tout, les périodes de vacances n’ont pas été ciblées au hasard par le gouvernement local puisque ces dernières sont généralement « les plus fastes » en la matière.

Pire, seules 31% des excisions seraient pratiquées par un professionnel de santé dont la majorité reste des sages femmes. D’où des risques sanitaires très importants que l’Etat ne peut décemment plus ignorer.

Une donnée que le Premier ministre, Mamady Youla, avait parfaitement pris en compte lors du lancement de la campagne : « Il serait mieux de voir reculer cette pratique sur le terrain (….) J’en appelle donc aux autorités politiques et administratives, au personnel de la santé, aux leaders communautaires et religieux, aux organisations de la société civile à soutenir le processus d’abandon de l’excision. »

Pour rappel, près de deux cent millions de femmes souffriraient de mutilations sexuelles à l’échelle mondiale. Selon un récent rapport de l’Unicef, la moitié est regroupée en Égypte, en Éthiopie et en Indonésie alors que les filles de moins de 14 ans demeurent le contingent le plus touché avec 44 millions de victimes.

D’autre part, dans les pays où la pratique est la plus répandue, « la majorité des victimes ont été excisées avant l’âge de 5 ans », conclut l’étude, qui rappelle néanmoins « que plus de 15 000 communautés ont renoncé aux mutilations génitales depuis 2008. »

Des efforts efficients, donc, auxquels participent massivement le Kenya, l’Ouganda, la Guinée-Bissau, le Nigeria ou encore la Gambie qui ont prohibé pénalement l’excision.

Sources : Ouest France et Guinée News

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Comité national des actions de lutte contre le travail des enfants a annoncé vendredi 16 février que la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis ont passé un accord de partenariat pour enquêter sur ''les pires formes de travail des enfants'' dans les champs de cacao. Signé entre le Comité national...
Au Togo, depuis jeudi les délégations de chacune des parties impliquées dans la crise politique qui secoue le pays depuis le 19 août 2017, se sont présentées afin de préparer le dialogue politique prévu pour le 19 février. Avant la tenue du dialogue à proprement parlé, un comité préparatoire s'est...
Alors que le leader de l’opposition Moise Katumbi demeure en exil en Belgique, le président Joseph Kabila tente par tous les moyens de se maintenir à la tête de la RDC. Le leader de l’opposition Moise Katumbi  fait face à de nombreuses rumeurs. Favori des sondages, certains souhaitent qu’il se...
TRIBUNES LIBRES
Mathias Hounkpe, actuellement administrateur du Programme de Gouvernance Politique et de...

S’inscrire à la Newsletter