Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Tragédie du Grand Bassam : deux soldats ivoiriens sur le banc des accusés

Le procès des sergents Zanga Zoumana Coulibaly et Brice Touré, accusés d’avoir entretenu une proximité avec l’un des organisateurs de la tuerie de la station balnéaire du Grand Bassam au mois de mars dernier, s’est ouvert jeudi 4 août devant un tribunal militaire à Abidjan.

Ces derniers sont poursuivis pour deux chefs d’accusation. L’un pour ne pas avoir respecté certaines consignes primordiales incombant à l’armée ivoirienne, l’autre pour avoir « rencontré Assane Barry, dit ‘Sam’, l’un des suspects de l’attentat », rapporte Le Parisien. Quant au dénommé « Sam », il est parallèlement poursuivi pour crimes, terrorisme et association de malfaiteurs.

Les deux soldats, incarcérés depuis le 13 juillet, se sont tièdement dédouanés à la barre en invoquant simplement « n’avoir rien à se reprocher » ou encore « n’avoir jamais collaboré avec un quelconque terroriste », précisant parallèlement « être totalement dépassés par cette affaire. »

Z.Coulibaly et B.Touré ont également affirmé ne jamais avoir eu connaissance des projets malveillants du fameux « Sam », chauffeur de profession. Toutefois, les autorités locales ont constaté une faute professionnelle irréparable, a souligné en marge du procès le commissaire du gouvernement, Ange Kessi :

« On leur reproche d’avoir cohabité avec ces personnes, d’avoir échangé avec le chauffeur du commando. Ils disent qu’ils ne savaient pas que c’était des djihadistes. On leur a répondu  qu’ils auraient dû le savoir », a-t-il martelé devant la presse.

Avant de conclure : « C’est une grave erreur, une faute, une infraction militaire que de ne pas avoir dénoncé la présence du conducteur de ce groupe à leurs chefs pour qu’on prévienne ces attentats. »

Pour rappel, des hommes armés avaient attaqué le 13 mars 2016 trois hôtels de la célèbre plage de la capitale économique ivoirienne faisant en conséquence 19 victimes, pour la majorité des touristes étrangers.

La tragédie avait été revendiquée dans la foulée par le groupe Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) et 80 personnes ont été mises depuis en examen. A noter que l’enquête a notamment été étendue au Mali et au Burkina Faso.

Source : Le Parisien

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Comité national des actions de lutte contre le travail des enfants a annoncé vendredi 16 février que la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis ont passé un accord de partenariat pour enquêter sur ''les pires formes de travail des enfants'' dans les champs de cacao. Signé entre le Comité national...
Au Togo, depuis jeudi les délégations de chacune des parties impliquées dans la crise politique qui secoue le pays depuis le 19 août 2017, se sont présentées afin de préparer le dialogue politique prévu pour le 19 février. Avant la tenue du dialogue à proprement parlé, un comité préparatoire s'est...
Alors que le leader de l’opposition Moise Katumbi demeure en exil en Belgique, le président Joseph Kabila tente par tous les moyens de se maintenir à la tête de la RDC. Le leader de l’opposition Moise Katumbi  fait face à de nombreuses rumeurs. Favori des sondages, certains souhaitent qu’il se...
TRIBUNES LIBRES
Mathias Hounkpe, actuellement administrateur du Programme de Gouvernance Politique et de...

S’inscrire à la Newsletter